Les aventures d’une Société Française – 1 – Le destin

Il était une fois, au doux pays de France, une belle entreprise de services, que nous appellerons, par souci de confidentialité, la société VEUTBIENFAIRE. Pourquoi une telle précaution ? Parce que l’histoire que nous allons vous raconter est un mauvais feuilleton, une fable sinistre, un conte invraisemblable. Une de ces histoires qu’on se raconte en levant les épaules et en jetant les yeux au ciel. Mais attention, cette histoire n’est pas une fiction. Non, c’est l’histoire vraie d’une entreprise ordinaire, comme il en existe des millions en France. Tous les faits sont authentiques. Je les ai vérifiés un par un. Et parce que ces faits mettent en lumière la nocivité de certains services publics, la société VEUTBIENFAIRE entend se protéger contre toute nouvelle agression. Incroyable, mais vrai !

Qui est donc la société VEUTBIENFAIRE ? Une entreprise ordinaire. Animée par la passion du service. Son projet ? Gagner de l’argent, bien sûr, mais aussi faire travailler de nombreux salariés. Ses clients ? Des entreprises industrielles, des entreprises de bâtiment, des entreprises de services. Sa valeur ajoutée ? Un sens profond de l’humain. D’abord modeste, la société VEUTBIENFAIRE s’est rapidement développée, grâce à la persévérance de ses dirigeants et au talent de ses collaborateurs. L’amour du travail bien fait, l’effort quotidien, le respect de l’engagement, le sens du service, ont contribué à ce succès. Comment faire progresser l’entreprise sans donner de soi-même, de son dynamisme et de son énergie ?

Chacun est à son poste. Les cadres, les commerciaux, les assistantes, la production, et tout le monde avance, main dans la main. Vision idyllique ? Non, la société VEUTBIENFAIRE n’est pas parfaite, mais elle se donne les moyens pour bien faire. L’erreur est humaine. On le sait depuis des siècles. Pour éviter toute défaillance, les collaborateurs sont formés. Une démarche qualité est mise en place. Des procédures sont rédigées, pour accompagner au mieux la fonction de chacun. Et chacun veille au respect de procédures, pour éviter la faute. Alors, quoi ? Rien. La société VEUTBIENFAIRE fait son travail. Tout bêtement, serait-on tenté de dire. Oui, mais voilà, ce serait trop simple de faire son travail sans être inquiété. Et le cauchemar va commencer.

Le destin prend la forme d’un agent de la DIRECCTE. Un fonctionnaire zélé ? Non, un inspecteur du travail autoritaire, qui ne connaît pas les textes qu’il entend faire appliquer. Que se passe-t-il ? Une simple visite pour vérifier la situation de l’entreprise VEUTBIENFAIRE. Est-elle conforme à ses nombreuses obligations ? A-t-elle fourni toutes ses déclarations ? Est-elle à jour de ses cotisations ? L’inspecteur examine, étudie, cherche. On dirait qu’il ne veut pas sortir bredouille. Un contrôle doit-il toujours se terminer sur une sanction ? A regarder le comportement de cet inspecteur, il faut croire que oui. Il fouille minutieusement chaque dossier, probablement aiguisé par le désir de punir. Sinon, pourquoi ? Enfin, la lumière ! Il trouve un élément susceptible de justifier son contrôle. Son bras justicier va pouvoir frapper… Sur quel motif ? Vous le saurez bientôt…