A quoi sert notre redevance ?

Un reportage ahurissant au 20 heures de France 2 hier soir. Le titre : « La vérité sur les travailleurs détachés ». Quand des journalistes annoncent qu’ils vont dire la vérité, il y a de quoi s’inquiéter. Voyez-vous-mêmes sur le lien de cet article. Le reportage n’a qu’un seul but : nous faire comprendre que la crise française du BTP est provoquée par l’afflux de travailleurs « étrangers » des pays de l’Est. Polonais… Roumains…. Mais surtout polonais… Les étrangers sont un problème nous explique sans nuance le reportage. Doit-on rappeler à France 2 l’article 9 du Traité de Maastricht ? « Est citoyen de l’Union toute personne ayant la citoyenneté d’un Etat Membre ». Voilà… C’est dit… Les Polonais ne sont pas des « étrangers », ils possèdent la citoyenneté Européenne. Autant dire que France 2 peut se voir poursuivie pour discrimination par des associations polonaises. Première faute : qualifier les Polonais « d’étrangers ». Le service politique de France 2 a-t-il appris que le nouveau président du Conseil Européen, Donald Tusk, est l’ancien Premier Ministre polonais ? Il va falloir que Pujadas révise ses fiches… Nous ne ferons pas l’Europe sans les Européens…

Deuxième faute : le reportage annonce LA VERITE sur les travailleurs détachés. Bien. Pas un mot sur le Traité de Rome, fondateur du Marché Commun en 1957, et de son article 48, consacrant la libre circulation des travailleurs au sein de l’Union. Angela Merkel vient de rappeler vertement à David Cameron que la libre circulation n’est pas négociable dans l’Union. Pas un mot sur la nouvelle directive du 14 avril 2014, encadrant celle de 1996 sur les travailleurs détachés. Pas un mot non plus sur la Loi Savary du 10 juillet dernier pour renforcer la lutte contre le travail dissimulé. On explique du bout des lèvres que le détachement est légal. On assimile systématiquement le travail détaché en France avec le travail au noir. Mais on ne montre que les abus et les voyous qui détournent les régles. D’ailleurs, France 2 se garde bien de donner le nom des entreprises illégales. Pourquoi les protège-t-elles par l’anonymat ?

Troisième faute : A aucun moment, on ne parle des travailleurs français détachés en Europe. Nous accueillons 210 000 européens et nous exportons chaque année 300 000 français en mission dans toute l’Europe. La balance commerciale est positive. La mobilité professionnelle en Europe crée des points de PIB en France ! Nous envoyons des ouvriers, des agents de maîtrise, des techniciens, des ingénieurs, des commerciaux, des cadres, des universitaires, des artistes, tous salariés en France, collaborateurs en mission, et contributeurs de notre croissance nationale. Interdisons à Julien Clerc d’enregistrer son nouvel album à Londres. Interdisons la libre cicrulation des travailleurs en Europe, et l’économie française perdra des points de PIB. I

Quatrième faute : Encore et toujours du sensasionnel ! Utiliser l’angoisse légitime d’un artisan maçon. Le filmer au téléphone avec un détective privé. Nous présenter le sujet comme un mauvais polar. Il ne s’agit plus d’une information grand format du 20 heures, mais d’un magazine racolleur. « Faîtes entrer l’accusé » eut été un meilleur titre. Pas « La vérité sur les travailleurs détachés ». Le téléspectateur non averti reçoit une vision parcellaire et orientée. Un seul syndicat interrogé : la CGT, dont on connaît bien l’objectivité. Autant dire qu’il s’agit bien d’une opération de propagande, et non d’un sujet complexe, traité par une chaîne publique, de façon professionnelle.

Cinquième faute : Enfin, ce discours anti-étranger finit par devenir pesant. Surtout quand ces « étrangers » partagent avec nous la citoyenneté Européenne. Pas d’évocation du travail au noir par des Asiatiques, des Américains ou des Africains. Non, les « étrangers » qui volent le pain des bons français sont des Européens ! Drôle de raccourci, qui laisse à penser que le travail au noir est la seule affaire des Polonais. Pas un mot sur l’artisan français qui travaille au noir le week end. Tout le monde ferme les yeux. Non… le tricheur est obligatoirement Polonais, puisqu’on le dit chez Pujadas, au 20 heures, sur une chaîne publique, pendant le repas du soir. A quand des émissions qui auront pour titre : « La France aux Français »? A quoi sert notre redevance ? A relayer la propagande du Front National.

REPORTAGE FRANCE 2